El Gato Templario

ÚLTIMO NÚMERO

Último número

ENTREVISTAS

Laia Soler, autora de Los días que nos separan.
Daniel Handler, autor de Todos somos piratas o Y por eso rompimos.
Leer más...

RESEÑAS

Por una rosa Laura Gallego, Benito Taibo, Javier RuescasMi hermano persigue dinosaurios Giacomo MazzariolPrisioneros de lo invisible Rosa HuertasLa flor de fuego Alba QuintasLos niños de la viruela María SolarEl mono del asesino (Sally Jones II) Jakob Wegelius
Leer más...

¿QUÉ TE APETECE LEER?

Cuéntanos qué quieres leer y el Recomendador te dirá qué libros encajan con tus preferencias.

Jerebeque ¡PRUÉBALO! Jerebeque

 INTERVIEW 

Erik L´Homme

El Templo #32 (febrero 2013) por R. A. Calle Morales


Votre premier ouvrage, la trilogie Le Livre des Étoiles, vous a catapulté vers la célébrité. Que ressentez-vous en voyant que votre travail inspire une telle passion parmi les jeunes ?

Je suis à chaque fois surpris et ému par l’enthousiasme de mes lecteurs. C’est une émotion qui ne s’érode pas. Leurs visages épanouis, leurs yeux brillants sont finalement la plus belle des récompenses.

Cet accueil fait au Livre des Etoiles me touche d’autant plus que, sans campagne de promotion particulière, le succès de cette série est essentiellement dû au bouche-à-oreille…

Dans votre trilogie Phænomen, qui n'a pas encore été traduite en Espagne mais que nous recommandons dans notre section de romans jeunesse étrangers, vous parlez de jeunes dotés de super-pouvoirs. Ce qui nous a paruvraiment original, c’est de présenter ces jeunes comme des inadaptésqui ne savent pas quoi faire de leurs pouvoirs, et non comme des super-héros. Qu’est-ce qui vous a amené à utiliser ce point de vue ?

Violaine, Claire, Arthur et Nicolas sont d’abord et surtout des adolescents, qui ont les problèmes de leur âge. 

Avec un petit quelque chose en plus ! Violaine encaisse comme un boxeur les émotions des gens ; elle parvient en contrepartie à s’emparer de leur volonté. Le monde est tout déformé à travers les yeux de Nicolas ; mais il peut voir à travers les murs. La mémoire d’Arthur est une éponge, qui dégorge dans son cœur quand elle est trop pleine ; c’est également le cerveau de la bande. Claire, elle, fille diaphane au regard de sylphide, évolue, fragile et maladroite, dans une dimension légèrement décalée ; elle se téléporte parfois. 

Tous les quatre souffrent terriblement de leurs différences et éprouvent le sentiment très fort de ne pas être à leur place.

Sous la pression des événements, Violaine, Claire, Nicolas et Arthur sont obligés de s’ouvrir au monde. Ce n’est pas facile, loin de là. Car le monde les rejette. Ils en payent le prix. Mais ils parviennent néanmoins à transformer leurs faiblesses en force. Confrontés aux épreuves, ils découvrent l’amitié et ce qu’il y a de pire et de meilleur en eux. Ils mûrissent, ils grandissent. 

Bref, c’est une histoire d’initiation dont notre époque manque cruellement et que je n'aurais jamais pu raconter s'il s'était agi de bêtes super-héros ! 

Phænomen, c’est à la fois un roman d’aventures trépidantes et un hymne à la liberté, une liberté qui se conquiert et se paye de bien des souffrances.

Une des choses que nous avons vraiment aimées dans Le Livre des Étoiles, et qu'on retrouve, plus fort encore, dans A comme Association, est la magie que les protagonistes utilisent. De quoi vous inspirez-vous pour créer cette magie dans vos romans ?

Je me souviens, Pierre était sidéré par l’importance de ma documentation et le sérieux de mes préparations. C’était moi (comme Jasper !) le Monsieur Magie du duo. Il y avait, sur mon bureau, plusieurs ouvrages consacrés à l’elfique (au Quenya, pour être précis, qui constitue la base de la magie jaspérienne), d’autres qui portent sur la wicca ou qui s’intéressent aux propriétés des plantes… 

Il ne faut pas oublier que je suis historien de formation ! J’adore faire des recherches, commencer une construction par les fondations, comme je l'ai fait dans Le livre des Etoiles avec la magie des Graphèmes, à partir des runes scandinaves.

Et puis j’ai vu ma grand-mère trouver une source avec sa baguette de noisetier. Un rebouteux m’a guéri un jour d’une vilaine brûlure avec ses mains. Ma mère confectionne avec des plantes des onguents qui sont plus efficaces que beaucoup de pommades industrielles !

Je suis persuadé qu'existent, dans le monde, des présences diffuses, des forces sur lesquelles, certainement, seule la magie pourrait avoir une influence. Un univers enchanté, en quelque sorte !

Les principaux protagonistes, Jasper et Ombe, sont sans doute l'un des points forts de A comme Association. Deux personnages aux caratères forts et opposés, extrêmement attrayants pour le lecteur. Quelle est l'origine de ces personnages ?

Jasper et Ombe sont des Paranormaux, des Agents stagiaires de l'Association (un organisme dont on sait peu de choses, sinon qu’il gère depuis toujours la cohabitation entre humains et créatures).

Lui, il pratique la sorcellerie avec brio, elle, elle encaisse et distribue fort honorablement les coups. Il a seize ans, un humour douteux et les hormones en ébullition, elle a dix-huit ans, se débat avec un passé douloureux et fait craquer les hommes (Jasper compris !). 

L’un comme l’autre ont été sauvés par leur recrutement au sein de l’Association ; Jasper de la déprime et du manque d’attention, Ombe de la marginalité et des mauvaises pentes…

Lors de la mise en place de la série, nous avons naturellement décidé, Pierre et moi, de rester sur des fondamentaux et de mettre en scène, dans une perspective complémentaire, le genre de personnages que nous maîtrisions et aimions : lui une héroïne à forte personnalité, moi un héros maladroit et attachant. 

Volver arriba

¿QUÉ DICEN NUESTROS LECTORES?

gabriel sofia gordillo sandoval en Ciudad de hueso (Cazadores de sombras I): Super cool.... Leer comentario

María Ángeles en Tengo tanto que contarte: Me ha encantado esta historia. Está narrada en primera persona p... Leer comentario

Massiel gongora cervantes en Divergente (primera parte de la saga): Me encantó, está muy bueno. ... Leer comentario

SHADRYCK en Cuando me alcances: Me encantó el libr0, lo leí en dos días de tan entretenido que se... Leer comentario

Vanessa en Forbidden: Estuve cerca de tres meses con el libro en la computadora sin que... Leer comentario

Eva Castillo Carón en El violín negro: Al principio gusta, con el tiempo decepciona. Las escenas supuest... Leer comentario

ÚLTIMAS NOVEDADES EN EL CATÁLOGO
#CITASCALLEJERAS
ÚLTIMO NÚMERO